Dois-je prendre des statines médicamenteuses abaissant le cholestérol pour les personnes en bonne santé

effets secondaires

Dois-je prendre un médicament anti-cholestérol? Des statines pour les gens riches

Dois-je prendre un médicament anti-cholestérol? Les personnes en bonne santé devraient-elles prendre des statines? Quelles sont les preuves de l’utilisation des statines en prévention primaire?

Ces recommandations sont basées sur les résultats d’une récente méta-analyse de 27 essais impliquant 175 000 personnes, dont certaines étaient à faible risque de problèmes cardiaques. L’étude, récemment publiée dans The Lancet, a reçu beaucoup d’attention car les résultats montrent qu’une grande partie de la population pourrait bénéficier d’un traitement aux statines. Les chercheurs ont déclaré que les effets positifs dépassaient largement les effets secondaires de la prise des médicaments, tels que la faiblesse musculaire, le diabète et la dépression.

Borislava Mihaylova, de l’Université d’Oxford, auteur principal de l’étude, a déclaré: «Au Royaume-Uni, la pratique actuelle consiste généralement à donner aux personnes une statine uniquement si elles ont eu ou sont considérées comme« à haut risque »d’avoir un cœur. attaque ou accident vasculaire cérébral. Cette étude montre que les avantages des statines s’étendent à un groupe de personnes à risque beaucoup plus faible qu’on ne le pensait auparavant. »

Le professeur Colin Baigent, du Medical Research Council, a déclaré: «Il ne s’agit pas seulement de traiter l’augmentation du cholestérol après la cinquantaine. Les avantages des statines chez les personnes actuellement en bonne santé, mais qui, pour une raison quelconque, présentent un risque accru de crise cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral, sont substantiels et bien supérieurs à tous les risques connus. Les personnes qui courent un risque accru, peut-être parce qu’elles font de l’embonpoint, fument ou ont une pression artérielle élevée, seraient mieux avec un taux de cholestérol inférieur, même si leur taux de cholestérol n’est pas considéré comme particulièrement élevé. »

Le professeur Baigent estime que l’utilisation systématique des statines entraînerait 10 000 crises cardiaques et accidents vasculaires cérébraux de moins par an, dont 2 000 décès de moins au Royaume-Uni. Le faible coût des médicaments serait compensé par les économies du NHS en raison du nombre réduit de crises cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux.

Les scientifiques disent que la révision imminente des directives du NHS sur l’utilisation des statines devrait être utilisée pour élargir les personnes éligibles à un traitement de routine. À l’heure actuelle, les statines sont limitées à celles qui présentent au moins un risque de 20% d’avoir une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral au cours des dix prochaines années. Cependant, un commentaire dans le Lancet indique que la plupart des plus de 50 ans sont susceptibles d’être plus à risque de maladie cardiovasculaire, et il serait donc «pragmatique» d’utiliser l’âge pour prescrire des statines au lieu de tests médicaux coûteux..

Tout cela semble assez simple et vraiment fantastique. En prenant un comprimé par jour, un grand nombre de la population peut réduire son risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral. Du point de vue de la santé et de l’économie, c’est également une bonne chose car, selon les statistiques, moins de crises cardiaques feront économiser de l’argent aux contribuables. Presque trop beau pour être vrai!

LIS  Régime alimentaire et inflammation Que manger pour réduire l'inflammation

Mais pourrait-il y avoir un inconvénient à tout cela? Jusqu’à présent, la douleur musculaire a été l’effet secondaire le plus souvent signalé du traitement par statines. Les autres effets secondaires rares sont les lésions musculaires, les lésions hépatiques, les problèmes digestifs, les éruptions cutanées ou les bouffées vasomotrices. Récemment, cependant, d’autres effets secondaires ont été mis en évidence. Ainsi, la thérapie aux statines a été associée au risque de développer un diabète et des effets secondaires neurologiques tels que la perte de mémoire et la confusion. L’association possible entre l’utilisation de statines et l’apparition du diabète sucré est certainement préoccupante, comme l’a récemment souligné le professeur Eric Topol de San Diego, en Californie..

Une étude randomisée récemment publiée indique que les effets secondaires de la thérapie aux statines peuvent être plus courants qu’on ne le pensait auparavant. L’étude a recruté 1016 sujets (692 hommes; 324 femmes) avec des niveaux de LDL de 115 à 190 mg / dL et sans maladie cardiovasculaire ou diabète qui ont été randomisés pour deux statines bien connues, ou un placebo pendant six mois. Les résultats ont montré un effet indésirable significatif sur l’énergie et la fatigue avec l’effort associé à l’utilisation de statines, qui était plus fréquent chez les femmes que les hommes. Les auteurs soulignent également qu’il existait une relation significative entre la réduction d’énergie rapportée et l’activité réelle, ce qui pourrait à son tour entraîner une augmentation des événements cliniques cardiovasculaires.

risque relatif

« Ces résultats sont importants, étant donné la pertinence centrale de l’énergie et du statut fonctionnel pour le bien-être », écrivent les auteurs. Ils ajoutent: «Ces effets, liés à la qualité de vie, méritent d’être pris en compte lors de la prescription ou de l’utilisation de statines, en particulier dans les groupes sans bénéfice net attendu de morbidité / mortalité, s’étendant à la prévention primaire« à haut risque »et aux femmes et aux personnes âgées (y compris ceux atteints de maladie coronarienne).  »

Le premier auteur du document, Golomb, a déclaré: «Les statines sont bonnes dans les populations de patients où un bénéfice de mortalité a été démontré, c’est-à-dire les hommes de moins de 70 ans atteints de maladie cardiaque ou les patients en prévention primaire avec une protéine C-réactive (CRP) élevée ou qui fument. Mais j’y penserais à deux fois pour les autres groupes. Les patients en prévention primaire qui ne fument pas ou qui n’ont pas augmenté de CRP sont beaucoup plus susceptibles de subir un effet indésirable que d’avoir un événement cardiaque. «Elle a estimé que la fatigue pouvait affecter entre 20% et 40% des patients prenant des statines. « Les données d’observation suggèrent que l’effet suit la puissance de l’agent, donc cela peut être plus un problème avec les statines plus récentes et plus puissantes », a-t-elle ajouté.

Médicaments hypocholestérolémiants en prévention primaire – Un examen plus approfondi des données scientifiques Des études épidémiologiques ont révélé une relation graduelle entre la concentration de cholestérol total et le risque coronarien. Cette relation est beaucoup plus forte pour les personnes atteintes d’une maladie coronarienne connue (CHD) que pour celles sans manifestation d’une telle maladie. Données de Pekannen, J, Linn, S, Heiss, G, et al, N Engl J Med 1990; 322: 1700

LIS  Réduisez les risques liés au travail sur un ordinateur

Selon l’hypothèse lipidique, l’abaissement du cholestérol sanguin réduira le risque de maladie cardiovasculaire. Examinons de plus près les données scientifiques qui ont testé cette hypothèse. Si vous n’aimez pas tous les détails, vous pouvez passer au dernier chapitre de cet article.

Effets de l’alimentation et du mode de vie. Les modifications du mode de vie peuvent réduire les niveaux de cholestérol LDL (LDL-C). Cependant, aucune étude n’a montré que cela se traduit par un risque moindre de maladie cardiaque ou de décès. L’essai d’intervention sur les facteurs de risque multiples (MRFIT) a étudié 12 866 hommes à haut risque. Une intervention comprenant des conseils diététiques pour réduire le taux de cholestérol n’a pas réduit de façon significative la mortalité due aux maladies cardiovasculaires ni la mortalité toutes causes confondues.

Traitement médicamenteux: les premiers essais avec des médicaments hypocholestérolémiants en prévention primaire ont été réalisés à la fin des années 70 et au début des années 80, avant l’ère dite des statines. Certains d’entre eux ont montré des réductions significatives des événements cardiovasculaires bien qu’il n’y ait pas eu d’effet significatif sur la mortalité. Cependant, il y avait une augmentation inquiétante de la mortalité due à d’autres raisons que les maladies cardiaques chez les patients recevant un traitement médicamenteux actif. Le taux de mortalité plus élevé de causes non cardiaques a soulevé une préoccupation concernant la sécurité du traitement hypocholestérolémiant, en particulier dans une population à risque relativement faible.

L’étude sur la prévention des coronaires dans l’ouest de l’Écosse (essai WOSCOPS) a été publiée en 1995. Elle a été conçue pour évaluer l’effet de la pravastatine (40 mg / jour) pendant cinq ans sur le taux d’IM et de décès dus à la coronaropathie chez 6,595 hommes présentant des taux élevés cholestérol, mais pas d’antécédents de maladie cardiaque. Ce sont les principaux critères d’inclusion des patients

Hommes de 45 à 64 ans.

Concentration de cholestérol total supérieure à 252 mg / dL (6,5 mmol / L) lors du dépistage initial.

prévention primaire

LDL -C au-dessus de 155 mg / dL (4,0 mmol / L) lors des visites deux et trois et au-dessus de 174 mg / dL (4,5 mmol / L) mais en dessous de 232 mg / dL (6,0 mmol / L) une fois après un traitement diététique pour quatre semaines.

Les résultats, basés sur l’intention de traiter les principes, peuvent être résumés comme suit:

Crise cardiaque non mortelle ou décès dû à une maladie coronarienne – réduction de 31% du risque relatif (p<0.001).

IM non mortel – 31 pour cent de réduction du risque relatif (p<0.001).

Tous les décès cardiovasculaires – réduction de 32% du risque relatif (p = 0,033).

Mortalité totale – réduction de 22% du risque relatif (p = 0,051).

LIS  Un régime pauvre en glucides est le meilleur pour l'obésité selon les autorités de santé suédoises

La réduction du nombre de décès non liés à l’IM ou à la maladie coronarienne était d’environ 9,4 à 6,4% à six ans. Ainsi, le bénéfice absolu était de 3%, c’est-à-dire que pour 100 patients traités, trois n’avaient pas eu d’événement coronarien à six ans. En outre, il a été estimé que le nombre de patients à traiter pour prévenir un décès sur cinq ans était de 146 patients. Une autre observation importante était que, contrairement aux essais de prévention primaire antérieurs, il n’y avait pas de différence dans les décès non cardio-vasculaires.

Ces observations ont été étendues à l’Air Force / Texas Coronary Atherosclerosis Prevention Study (AFCAPS / TexCAPS), qui a montré que la lovastatine réduisait l’incidence d’un premier événement coronarien majeur chez les hommes et les femmes à faible risque sans signes cliniques de maladie cardiovasculaire et de LDL-C niveaux proches de la moyenne de la population générale. Pour 1 000 hommes et femmes traités par lovastatine pendant cinq ans, 19 événements coronariens majeurs, 12 infarctus du myocarde et 17 revascularisations coronaires pourraient être évités. Aucun effet n’a été observé sur la mortalité toutes causes confondues. Le bénéfice absolu total était d’environ 2%, ce qui signifie que 50 patients ont dû être traités pendant cinq ans pour éviter un événement.

Des résultats similaires ont été observés dans l’ASCOT-LLA, qui a étudié l’atorvastatine (10 mg) chez des hommes et des femmes présentant des taux de cholestérol sérique relativement normaux mais avec une pression artérielle élevée et au moins trois facteurs de risque cardiaque supplémentaires. l’atorvasatine que les patients sans diabète. Ce résultat contraste avec les résultats de l’essai AFCAPS / TexCAPS et de plusieurs essais de prévention secondaire.

L’essai JUPITER de rosuvastatine 20 mg par jour chez des hommes et des femmes adultes en bonne santé présentant des taux élevés de protéines C-réactives (hs-CRP) et de LDL-C inférieurs à 130 mg / dL (3,4 mmol / L) a révélé une réduction marquée du critère principal des premiers événements cardiovasculaires majeurs et pour la mortalité toutes causes confondues. Cet essai a été arrêté prématurément pour un bénéfice qui peut exagérer le véritable niveau de bénéfice, en particulier pour le critère principal. Cette étude a reçu une attention considérable en raison du fait que la population sélectionnée n’avait pas un taux de cholestérol significativement élevé. Cependant, pour la première fois, il a été démontré que les patients présentant des signes d’inflammation (taux élevés de hs-CRP) bénéficiaient d’une thérapie satinée.

Ensemble, ces essais suggèrent que le traitement aux statines pour la prévention primaire est efficace sur une large gamme de niveaux de LDL-C de base et de profils lipidiques et entraîne une réduction du risque relatif similaire à la thérapie aux statines dans la prévention secondaire. L’amplitude absolue des avantages est cependant généralement inférieure à celle de la prévention secondaire. Ainsi, le soi-disant nombre nécessaire pour traiter, afin de prévenir un événement, est beaucoup plus élevé en prévention primaire qu’en prévention secondaire.

Ignace Laurent

Next Post

Causes de fatigue constante

ven Avr 24 , 2020
Après le travail, vous rentrez chez vous avec un seul objectif – préférez-vous vous coucher? Et le matin, malgré la durée normale du sommeil, vous ne vous sentez pas reposé? Le week-end, remettez même des choses très importantes pour plus tard, car vous n’avez pas la force, mais ne pensez […]
Causes de fatigue constante